Compte rendu de la conférence ‘Nécessaire Sobriété’

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Énergie
  • Temps de lecture :9 min de lecture
You are currently viewing Compte rendu de la conférence ‘Nécessaire Sobriété’

Réaction des mandataires politiques aux différents leviers de la sobriété proposés lors de l’évènement d’Inter-Environnement Wallonie du 21 juin 2022.

Autour de la table : François Desquesnes (Les Engagés), Laurent Leonard (PS), Thierry Warmoes (PTB), Olivier Bierin (Ecolo) et Nicolas Janssen (MR).

Quelles mesures politiques pour une société wallonne plus sobre ?

Les leviers pour activer des mesures de sobriété peuvent être volontaires et individuels… bien sûr !Mais la sobriété, c’est surtout une affaire de « cadre » : le politique doit mettre en place un cadre propice à des comportements plus sobres (un ticket d’avion à 20€ nous laisse-t-il vraiment le choix de prendre le train ?).

Nous avons donc invité des responsables politiques wallons afin de leur poser des questions « en direct » :

Réduire la taille des logements ?

On commence par le secteur du bâtiment où la surface chauffée par habitant offre un potentiel de réduction des consommations d’énergie énorme, ce qui :

  • Est bon pour le climat ;
  • Diminue notre dépendance au gaz et pétrole russe ou saoudien ;
  • Est bénéfique pour le portefeuille : diviser sa maison, adopter un logement plus petit ou vivre dans un habitat partagé, c’est baisser sa facture énergétique.

Soyons clairs, IEW ne plaide pas pour obliger les Wallons à déménager ou à réaliser des travaux de division. Par contre, nous plaidons pour que cela soit rendu possible pour les citoyens qui le désirent ou qui en auraient besoin (notamment financièrement).

À la question : Êtes-vous prêts à ramener la question de la taille moyenne des logements par habitant dans les programmes de vos partis ? Les mandataires politiques ont répondu qu’ils étaient d’accord sur l’importance de traiter la question.

  • Monsieur Desquesnes rappelle qu’au-delà de la division du logement, les modes de vivre différents (habitat kangourou) doivent aussi être promus.
  • M. Bierin ajoute que l’individualisation des droits sociaux peut avoir un effet important sur le partage des logements et la réduction de surface nécessaire.
  • Plus de réserve du côté du PTB au nom du fait que beaucoup de Wallons vivent déjà dans des logements trop petits (NDLR : notre proposition vise bien à accompagner les Wallons qui estiment avoir un logement trop grand, soit un quart de la population). La priorité pour eux est l’isolation via un système de tiers payant.

IEW mettra l’accent sur les mesures concrètes pour faciliter la vie des citoyens qui souhaitent réduire la taille de leur habitation.

Baisser la vitesse sur les routes

Baisser la vitesse à 110 sur les autoroutes peut générer environ 15% d’économie de carburant.

Selon les calculs du conseil européen pour la sécurité des transports, baisser de 10 km/h la limite autorisée sur les autoroutes européennes permettrait précisément de faire baisser la facture de l’automobiliste moyen d’environ 60 euros par an. L’agence internationale de l’énergie ou la Commission européenne ont soutenu cette mesure.

À la question : Êtes-vous prêt à limiter la vitesse sur autoroute à 110KMh sous cette mandature ? Les mandataires politiques ont répondu de manière plutôt mitigée.

  • Monsieur Janssen admet l’utilité, mais préfère mettre l’accent sur l’instauration de vitesses dynamiques et adaptées aux conditions de trafic, de météo et d’heure du jour tel que testé actuellement par la ministre De Bue.
  • M. Warmoes préfère les mesures volontaires que les contraintes et n’est donc pas partant tant que les infrastructures cyclistes et les transports en commun ne seront pas plus développés.
  • M. Desquesnes estime que la baisse de la vitesse maximale n’entraine pas forcément (selon lui) une baisse de la vitesse effective, car la vitesse est rarement respectée.

Ceci étant, les choses semblent bouger puisqu’on note qu’il n’y a plus d’opposition frontale à la mesure dans tous les partis de la majorité, ce qui semblait être le cas il y a quelques semaines encore.

Stopper l’artificialisation des sols

Sans doute le premier levier pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre en Wallonie, surtout grâce à la diminution de nos besoins en matière de transport (car un logement éparpillé rend dépendant à une solution de transport individuelle et motorisée).

Cette mesure est également cruciale puisqu’elle permet d’octroyer plus de place à une agriculture de qualité tout en sauvegardant la biodiversité (le cheval de bataille d’IEW depuis plusieurs années… sans que cela ne bouge beaucoup).

À la question : Êtes-vous d’accord avec cette affirmation : « Nous devons arrêter aujourd’hui de bâtir de nouvelles constructions sur des terrains aujourd’hui dévolus à l’agriculture, la forêt ou la nature » ? Les mandataires politiques ont (surprise !) tous répondu « oui » à l’unanimité !

Admettons que la question est floue (comme le souligne M. Desquesnes) et que cette unanimité des politiques présents porte, à priori, sur le respect du plan de secteur… Or, selon IEW, nous savons que trop de zones demeurent potentiellement constructibles dans le plan de secteur. Au moins, les mandataires semblent admettre l’urgence du stop béton !

Réduire nos consommations de viande

Selon le tout dernier rapport du GIEC, orienter nos habitudes alimentaires vers un régime moins carné est la mesure qui offre le plus de potentiel au niveau mondial pour diminuer rapidement nos émissions de GES.

Tableau Extrait du dernier rapport du GIEC reprenant les mesures clés. La viande est en bleu à gauche…

Mais cela ne servirait (évidemment) à rien de diminuer notre consommation pour, in fine, importer de la viande de moindre qualité ! Dès lors, pour IEW, le débat sur la « demande » de viande doit être lié au débat sur l’ « offre » de viande. L’objectif serait donc de diminuer le nombre de bêtes et d’augmenter l’autonomie fourragère de nos fermes. Bref : des vaches qui mangent du foin dans les prairies plutôt que des tourteaux de soja amazoniens !

À la question (qui fâche) : Êtes-vous pour un objectif de réduction du cheptel bovin wallon (dans le cadre d’une politique d’amélioration de la qualité environnementale de l’élevage) ? Les mandataires politiques ont répondu :

  • Le MR est plus méfiant par rapport à cette exigence de réduire la production de viande bovine en parallèle de la consommation.
  • Les autres partis sont plutôt en accord avec cette logique.

Tous soulignent qu’il faut avant tout accompagner les éleveurs pour développer une filière bovine de qualité et durable. IEW est bien d’accord avec cela !

Pour lire ou relire la présentation de Yves Marignac: voici sa présentation (pdf).

Aidez-nous à protéger l’environnement, faites un don !